Accueil  |  Qui sommes-nous ?  |  Nouvelles  |  Photos  |  Presse  |  Nous aider  |  Liens  |  Bibliographie  | Films  | 

PROGRAMME D’AIDE A LA CRÉATION D'ÉCOLES EN MILIEU NOMADE
 POUR LES POPULATIONS TOUAREG DE L'AÏR AU NIGER

 UNE ACTION EN FAVEUR DE LA SCOLARISATION DES ENFANTS DU DESERT QUI S’INSCRIT DANS LE CADRE
DE LA DEFENSE DE LA FRANCOPHONIE ET SE PERENNISE DEPUIS 14 ANS.

UN SYSTEME DE RENCONTRES, D’ECHANGES HUMAINS ET DE VOYAGES
 DANS UNE OPTIQUE DE DEVELOPPEMENT DURABLE

Création et vie de l’école

Actions

Dans les montagnes de l'Aïr, au coeur du Sahara nigérien, l'Oued de Galelo, à 120 km au nord d'Agadez, compte environ 800 habitants.
Les habitants, de la vallée, éleveurs nomades touaregs, cherchaient depuis trois ans les moyens de créer une école.

Contexte historique

De 1990 à 1994, le nord du Niger a vécu une situation de guerre civile.

Depuis, pour les touaregs nigériens - appartenant à un peuple qui compte aujourd'hui quelques deux millions de personnes écartelées entre cinq frontières, au Niger, Mali, Algérie, Libye et Tchad. La scolarisation n'est plus assurée que dans quelques rares gros villages, délaissant les familles qui ont choisi de conserver la vie d'éleveurs nomades adaptée depuis des siècles aux conditions rigoureuses de leur milieu désertique. Le Niger est l'un des états les plus pauvres du monde et ne peut prendre en charge la scolarisation de ces communautés touaregs isolées.

C'est dans ce contexte qu'a germé l'idée chez les Touaregs, d'une école de rêve, adaptée à la vie de leurs campements : l'école nomade.

Dans le passé, les touaregs avaient toujours refusé d'envoyer leurs enfants à l'école du colonisateur. A la décolonisation en 1960, avec la création du Niger, les touaregs se sont trouvés marginalisés dans un état dont ils ne comprenaient pas la langue nationale : le français.

Aujourd'hui, après les grandes sécheresses qui ont décimé leurs troupeaux, après la guerre et le marasme économique, alors que la situation politique se stabilise, des touaregs construisent des "écoles de nattes" qui suivent le déplacement des campements dans les oueds où la vie est encore possible. L'apprentissage du français est vécu comme une lueur d'espoir qui peut les aider à prendre en main leur destin.

La création de ces écoles nomades témoigne des mutations d'une société en plein bouleversement, pose une problématique capitale sur le rôle de l'enseignement et de son adaptation à des milieux particuliers. C'est la prise de conscience d'un peuple acculé pour exister à prendre les armes culturelles du plus fort.

Les écoles nomades

L'originalité du système repose sur le concept d'une "école" éclatée dans la vallée, composée d'une classe fixe construite en dur pour l'administration et de classes en nattes mobiles. Ces dernières peuvent suivre les déplacements des familles en fonction des besoins de l'élevage transhumant.

Les instituteurs sont touaregs et les programmes sont exactement ceux de l'enseignement national nigérien. Ainsi, espèrent-ils, les jeunes générations auront leur chance d'accéder à la scolarisation et pourront former les cadres de demain tout en connaissant la vie traditionnelle de leurs aînés.

Grâce à ces "écoles nomades" les enfants grandissent avec leurs familles et assurent leur rôle social, primordial au sein du campement (garde des troupeaux, recherche du bois, de l'eau...).

Étant donné la situation économique catastrophique du pays, les associations françaises récoltent fonds et fournitures nécessaires, assurent le salaire des instituteurs (sur la base du salaire moyen d'un instituteur au Niger) et participent financièrement à l'entretien des classes, des pharmacies, des bibliothèques.

Après sept ans de fonctionnement de ces "écoles nomades", les résultats scolaires sont très encourageants. Les enfants donnent toute leur énergie aux études.

Les parents veulent faire aboutir le projet pour tout le massif de l'Aïr. Cette expérience est déjà une réussite : elle motive les populations alentours.

A terme l'objectif principal est la reconnaissances de ces "écoles pilotes" par le ministère de l'éducation nigérien.


ACTIONS

Un projet de film entre un collège de Zep à Ménilmontant et l’école de Galelo est lancé en 2003 par Claude Chuzel, professeur de français. Une coproduction a réuni Sombrero production, grâce à Valérie Abita, TV5 Monde et un fond de la Commission Européenne.
Les élèves ont échangé des correspondances pendant deux ans et à la Toussaint 2004, les jeunes Français ont réussi à partager la vie du campement avec leurs amis Touaregs. Nous les avons filmé tout au long de cet échange…

Le film qui raconte leur rencontre autour de la question de la scolarisation est aujourd’hui disponible et présenté lors des fêtes de soutien à l’UNESCO, au Festival « Etonnants Voyageurs » à Saint Malo, à Paris, Saint Mandé, Aubervilliers, Joinville Le Pont, Marseille…

Nous cherchons à organiser d’autres soirées de soutien-projections du film « A l’école nomade » et « Ménilmontant-Agadez, d’une école à l’autre ».

Pour financer l'école l'année prochaine nous avons demandé des subventions au Conseil Général 94, au Conseil Régional d’Ile de France, à l’Agence de la Francophonie, à la Mairie de Saint Mandé, au Rotary, à la Coopération Française... M. Kenzo Takada est toujours avec nous. La presse commence à parler de notre action.


Stages pédagogiques pour les instituteurs, jumelages scolaires, parrainages d'élèves, ouvertures de nouvelles classes et optimisation du jardin irrigué, micro-crédits pour l'association des femmes de Galelo, mise en place d'une aide médicale, production d’un nouveau film sur le voyage de jeunes touaregs en France, création d’un forage profond, d’une installation de pompage hydraulique solaire, d’un château d’eau, atelier d’écriture, festival de film à Galelo... Il y a tant à faire sur place et les enfants, leurs parents et leurs instituteurs sont tellement motivés. 

Si notre action vous semble de nature à être soutenue, nous sommes prêts à étudier dans les meilleurs délais toute coopération possible.

Bienvenue à bord !!

Haut de page



Pour nous contacter : Contact       Retrouvez nous aussi sur :   Facebook

 
  "IL ÉTAIT UNE FOIS... DANS L'OUED"
Association 1901 - Aide à la création d’écoles nomades au Niger -
20 Rue Jeanne d’Arc 94160 Saint Mandé France
Tel: +33(0)6 80 45 26 16
Publication Journal Officiel du 31 octobre 1998 Déclaration Préfecture Val de Marne N° : 0942016058
Association à but non-lucratif reconnue d’utilité publique sous le N° : 1365