Accueil  |  Qui sommes-nous ?  |  Nouvelles  |  Photos  |  Presse  |  Nous aider  |  Liens  |  Bibliographie  |  Films  | 


HISTORIQUE

1996.
Un premier film, « A l’école nomade »
Intéressé depuis longtemps à la vie du peuple Touareg, Luc Federmeyer est parti, après la rébellion des années 1990, dans les oueds des Montagnes de l’Aïr, au nord Niger à la demande d’amis qui venaient de signer la paix et voulaient croire en l’avenir, tout en préservant leurs traditions, leur identité, leur culture. Nous souhaitions faire un film sur les tentatives originales et novatrices de création d’écoles nomades mises en place dans les campements Touaregs. Ce film « A l’école nomade » a servi de support pour les soirées de soutien organisées par les ONG afin de financer les premières écoles nomades Touaregs.

2003.
Un deuxième film, « Ménilmontant Agadez, d’une école à l’autre »
Ayant découvert ce premier film, une enseignante de français sensible à la forte motivation scolaire des Touaregs a permis à ses jeunes élèves d’un collège de ZEP à Ménilmontant, d’échanger une correspondance de trois années avec les adolescents de l'école nomade Touareg de Galelo. Un nouveau film (produit par TV5 MONDE) a rendu compte de cet élan, de ces désirs d’Autre et d’Ailleurs, suivant le voyage des Parisiens immergés dans la vie du campement Touareg où est construite cette école nomade. Pour les uns, l’école est en crise, pour les autres elle est vécue comme une chance extraordinaire.

2006.
Les jeunes Touaregs sont à leur tour invités en France
Les adolescents français invitent à leur tour leurs amis Touaregs à découvrir leur univers parisien, à partager leur quotidien, comme ils ont pu le faire grâce à la grande hospitalité des Touaregs. Avant leur voyage en France, comment les ados Touaregs imaginaient-ils le quotidien et l’environnement de leurs amis Parisiens ? Au cours de leur voyage à Paris, ces à priori ont-ils résisté à l’expérience du réel ? Et à leur retour, de quoi vont-ils témoigner? Le voyage a été filmé, ce sont nos archives.

2009
Un nouveau désir de film est né: « Agadez-Menilmontant, des Touaregs dans la ville»
Je suis curieux de savoir ce qu'ont retenu ces jeunes Touaregs du mode de vie des Parisiens, après deux ans de séparation dans un contexte de guerre civile et presque coupés du monde ? Qu’est-ce qui les rassemble et les différencie dans leur rapport au monde et à l'autre et aussi à l'école ? A la richesse, à la précarité, à l’eau, au passé… à la nature comme à la culture. Mamane, un jeune Touareg a obtenu cette année son BEPC... Trois ans après, il nous emmène et témoigne de son voyage, à la lumière du temps. La notion d'émigration apparaît parfois en filigrane, Les Touaregs n'émigrent pas, ils viennent voir l'Europe, préférant retrouver leur environnement saharien.

LES AUTEURS

Mohamed et Luc sont amis depuis plus de 20 ans. Ensemble, et avec de nombreux soutiens, (1300 adhérents et sympathisants) ils se sont investis dans la question de la scolarisation en milieu nomade, en créant «Il était une fois… dans l’oued».

Mohamed Akotey : Pendant la première rébellion, au début des années 90, il a été écarté des combats et considéré par les siens comme devant faire partie d'une élite précieuse: les études -thèse d'Archéologie et Relations Internationales- lui réussissent donc il pourra être appelé plus tard à prendre les rênes de sa communauté.  
Son oncle, le leader charismatique touareg Mano Dayak, avait réussi à signer des accords de paix avec le gouvernement nigérien.  Lors de son décès suite à un "accident" d'avion, il a nommé son neveu Mohamed pour lui succéder. En 1995, le jeune étudiant s'est retrouvé chef de guerre en plein maquis. Les accords de paix ont été en partie appliqués, il a intégré à Agadez la direction d'un département ONUsien.
Il y a deux ans, alors que la deuxième rébellion se déclenchait, il a été nommé Ministre de l'Environnement et de la Lutte contre la Désertification.
Il a démissionné pour accepter le poste de Président du Conseil d'Administration de la société « Areva Niger », créé pour répartir les bénéfices de l’extraction de l'uranium nigérien qui "garanti l'indépendance énergétique" de la France. À travers ce choix délicat, il espère que ses frères touaregs et nigériens pourront aussi bénéficier de cette ressource.  
Dans chacun des premiers films, il fut co-auteur ou intervenant, investi dans la question de la scolarité en milieu nomade. Il élève le débat avec le recul d'un intellectuel Touareg, loin des mythes et des clichés touristiques et folkloriques des hommes bleus du désert sur leurs chameaux bigarrés et apporte un éclairage, une dimension complémentaire.

Luc Federmeyer est géographe, réalisateur, présentateur TV. Ses documentaires “découverte” sont diffusés sur les TV internationales, vous l’avez peut-être vu présenter sur France 2 le dimanche après midi l’émission animalière “ Zone Sauvage”...  
En 1997 il écrit et réalise avec Mohamed un premier film documentaire sur la scolarisation dans le désert : « A l’école nomade », en coproduction avec La Cinquième. Devant les nombreuses demandes issues d'un campement Touareg, ils créent, il y a 14 ans avec de nombreux amis, une école nomade dans l’oued Galélo, près du puits de N’Kakane à 120 km. au nord d’Agadez.
Elle emploie aujourd'hui 7 personnes: 4 instituteurs et 3 employés. 6 classes de 25 élèves ont vu le jour, un puits et un forage ont été creusé, un jardin créé, les classes électrifiés en solaire… Depuis 7 ans, des jeunes bergers de Galelo ont rejoint le collège d’Agadez, ils font partie des meilleurs élèves, témoignent d’une grande motivation… L'association loue deux villas-foyers, l'une pour les garçons l'autre pour les filles, les jeunes sont parrainés.
Cette année deux élèves: Tihina Atchoua et Ahmoudou Ousmane ont réussi à passer en première, ils ont le BAC comme objectif. Mamane Garba, apres avoir redoublé sa seconde, a pris la suite de l'enseignant de premier niveau, Lili Hanjar, il enseigne dans l'école de Galelo dont il est issu!
Depuis sa création, l’école de Galélo a reçu la visite de plusieurs groupes d’adhérents français. Des rencontres entre enfants français et touaregs sur le thème du "désir d'école" ont déjà été l’occasion de moments inoubliables. Un nouveau film a vu le jour : « Menilmontant-Agadez, d’une école à l’autre » Un 3ème est en cours «   Les Touaregs à Paris » les projections servent à financer le projet....






« A l'école nomade »
Nov. 1997 Documentaire 52 mn. produit par Capt'ain Nemo et Cinétévé, avec LA CINQUIEME

Synopsis

Ce film nous emmène suivre la rentrée des classes dans un oued des montagnes de l'Aïr, au coeur du Sahara nigérien. Les Touaregs et des associations françaises ont mis au point un système scolaire particulier où l'école est conçue pour suivre les déplacements des familles en fonction des besoins de l'élevage transhumant.





« MÉNILMONTANT - AGADEZ » d'une école à l'autre...»
Mars 2005 produit par SOMBRERO avec TV5 MONDE

Synopsis

Au Niger, l’éducation des enfants est une question de survie pour les Touaregs. En France, des élèves de plus en plus nombreux sont confrontés à l’échec scolaire et à la perte des repères éducatifs. A Paris, au collège J.B. Clément, en Zone d’Education Prioritaire, Chloé, Arnaud, Jennifer, Vivien et Laora semblent retrouver le goût d’apprendre car depuis un an, ils se passionnent pour une autre école : l’école nomade touareg de Galélo, près d’Agadez. Ils ont réussi à aller partager la vie du campement de leurs correspondants touaregs au fin fond du désert nigérien.





« Agadez-Ménilmontant, des Touaregs dans la ville »
Un film documentaire de 52’ produit par Zaradoc avec TELESSONE




De jeunes bergers Touaregs, élèves de l'école nomade de Galelo, sont invités à découvrir l'univers parisien de leurs jeunes amis d'un lycée de Ménilmontant. Quel regard vont-ils porter sur Paris, la ville lumière ? Comment vont-ils percevoir ce monde urbain si différent de leur environnement saharien, que suscitera en eux la découverte de cette société et de ses codes de fonctionnements qu’ils idéalisent à travers la rencontre qu’ils ont eu avec leurs correspondants français, venus les visiter il y a 3 ans ?

Synopsis

Le voyage tumultueux des jeunes Touareg à Paris, rythmé par les souvenirs confidentiels de Mamane et des entretiens filmés de façon intimiste.
Les situations de découverte de l'univers parisien par les jeunes Touaregs sont le fil conducteur du film :
- préparation, prospectives et départ d'Agadez pour le grand voyage,
- accueil dans les appartements des jeunes Français,
- rencontres avec Danielle Mitterrand dans un lycée sur le thème de l'eau et le grand couturier Kenzo dans son palais parisien, tous deux parrains de l'école nomade,
- découverte de la mer, des quais de Seine, du métro et des Sdf du bois de Vincennes, de la profusion des supermarchés, du luxe jusqu'à la précarité,
- approche et questionnements au musée des Arts Premiers et du Louvre,
- concert de musique touareg, étonnement devant la télévision...
de paradoxes en différences ou en similitudes, les deux mondes se rencontrent, s’étonnent, se questionnent.

Un voyage dans le temps.
La narration est portée par un dispositif précieux: deux continuités temporelles qui se croisent et s'enrichissent mutuellement. Avant, pendant et trois ans après son voyage en France, Mamane, notre jeune Touareg, personnage principal, commente son voyage. Pendant ces trois ans, il a vécu, une guerre civile, une catastrophe naturelle, la mort de sa mère et un coup d’état au Niger qui a renversé le président despote. Mais il est le premier à avoir réussi son BEPC! Comment aura mûri son regard sur les rencontres qu'il a fait, ses découvertes et le mode de vie des jeunes Parisiens?

Un jour, dans l’oued de Galelo, un écolier du désert m’a dit : " depuis que j’apprends le Français, je comprends mieux la valeur de notre culture ; c’est en découvrant votre culture que j’ai pris conscience de la valeur de la mienne... "
... et, comme dit Mamane : "- ce qui compte c'est pas ce qu'on n'a pas, c'est ce qu'on est!""